Skip to main content
x

Parcours de prévention dédié aux risques liés au métier de l'aide à domicile

Le secteur d’aide à domicile représente aujourd’hui près de 1,2 million de salariés*. Il regroupe des métiers variés (assistante de vie aux familles, aide à domicile, aide-ménagère…) et des tâches diverses (entretien du logement, aide aux courses, élaboration des repas…). 
Les intervenantes à domicile sont confrontées à la fois à des risques liés à l’activité physique, aux déplacements et à des risques psychosociaux spécifiques. 

Pour le secteur de l’aide à domicile, la fréquence des accidents de travail est devenue particulièrement forte. Les accidents du travail y sont deux fois plus fréquents que dans le BTP, secteur traditionnellement très accidentogène, avec un indice de fréquence de 97,2 AT pour 1000 salariés (année 2017).**  En cause, des situations de travail variées hors entreprise, et des horaires de travail décalés.

De plus dans cette branche, les arrêts suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle sont d’une durée plus longue qu’en moyenne***. Ainsi, pour le secteur d’aide à domicile, les facteurs de risque sont donc importants et la sinistralité préoccupante. Et cela coûte cher aux entreprises !

Tout employeur est tenu d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés. [code du travail] (l’Article L. 4211-1)

Cette campagne, élaborée conjointement par L’AFPA Corse et Prevn, vous permettra d’agir au sein de votre structure pour rappeler à vos salariés les consignes de sécurité et les sensibiliser à mieux organiser leurs gestes et postures, à les informer sur les risques liés aux produits d'entretien, et donc à définir les actions de protection et de prévention à appliquer au travail.

  • Nom de la campagne : Parcours de prévention aide à domicile
  • Nombre de capsules : 11
  • Temps estimé par capsule : 2 à 3 minutes
  • Public : Salariés , manager
  • Réalisation: AFPA, OPCALIA, PREVN

Sources : 
* INRS 
** Assurance maladie
*** Entreprendre ensemble 
**** L’article L. 4211-1 du Code du travail.